Passer au contenu principal
Le nombre de reins dont on a besoin pour des transplantations dépasse largement le nombre de reins disponibles. En 2017, 4 300 Canadiens étaient en attente d’une greffe et 78 % d'entre eux avaient besoin d’un rein. Depuis le début des transplantations il y a plus de 50 ans, des dizaines de milliers de Canadiens ont pris la décision de faire don de leurs organes à leur décès. Les organes qui peuvent être donnés sont les poumons, le cœur, le foie, les reins, le pancréas et l’intestin. Parmi les tissus figurent les tissus oculaires, les valvules cardiaques, les os, les tendons, les veines et les ligaments. Plus de deux douzaines de personnes peuvent être aidées par un seul donneur.

Les programmes de transplantation reposent sur un système de jumelage afin de faire en sorte que la répartition des organes se fasse de façon équitable. Divers critères peuvent être utilisés, notamment une bonne compatibilité et la longueur de l’attente des receveurs potentiels. Chaque centre de transplantation est en mesure de fournir les directives qu’il met en application.

Même si quelqu’un a signé sa carte de donneur, la famille de la personne décédée sera consultée au cours du processus de consentement. Le receveur ne connaîtra pas l’identité du donneur puisqu’il y a une loi au Canada qui protège l’anonymat du donneur et du receveur. Par contre, de nombreux programmes de transplantation prévoient l’acheminement de lettres de remerciements ou de cartes du receveur à la famille du donneur et vice-versa.

La Fondation du rein travaille en collaboration avec des représentants du secteur des soins de santé, des milieux d’affaires et des administrations publiques en vue d’améliorer les taux de don d’organes. Nous encourageons les Canadiens à décider de faire don de leurs organes et à discuter de leurs intentions avec leur famille.